Super Sourde, par Cece Bell

LEs Arènes. Cece Bell

 

Les Aènes. Cece BellPetite douceur dénichée au creux d’un détour entre les rayons Jeunesse de ma bibliothèque. L’objectif de cette virée dans les ouvrages jeunesse était de nourrir mon imaginaire afin d’être prête à écrire moi même pour un public enfantin! (Objectif de longue date lié à l’idéal de donner aux plus petits les clefs de réflexion et le goût de la curiosité pour en faire des adultes intelligents et intéressés … BREF construire un monde meilleur par l’écriture, douce utopie?)

Super Sourde m’a attiré l’œil, déjà parce qu’il y a « Super » dans le titre. Il ne faut pas se leurrer, en général en littérature et au cinéma les aventures des « Supers » sont souvent source de grands moments de bonheur, ensuite parce que je travaille actuellement sur les problématiques d’enfance et de handicap.

Super sourde donc. Comment l’autrice va-t-elle aborder le handicap ? L’expliquer ? Est ce que ça ne sera pas un peu lourd, ou gémissant ? Bref. Curieuse, je me lance.

super-sourde-page-interieure

Cette bédé est très douce. Écrite du point de vue d’une enfant (qui a 4 ans au début de l’ouvrage), il aborde la surdité d’un point de vue complètement subjectif, personnel. Aucune généralisation mais un regard enfantin sur la différence.

« Est ce que les autres enfants vont voir mon appareil ? » « Est ce que c’est laid ? » « Est ce que je vais comprendre la maîtresse ? » mais aussi « Est-ce-que je vais me faire de nouveaux amis ? Est-ce-que ce garçon me trouve jolie ? » , « Est-ce-que je vais réussir à l’école? »

Des interrogations quotidiennes pour une petite fille, Cece, qui en plus de tous les mystères de l’enfance est confrontée, suite à une méningite, à une autre difficulté, la surdité. Face à ce défi supplémentaire, Cece s’invente des supers pouvoirs. Elle écoute ce que dit la maîtresse dans les autres pièces, elle ose dire ce qu’elle pense, elle fait des serments d’amitié. Super Sourde vient au secours de la petite fille timide en proie au quotidien.

supersourdepage90

Ce récit autobiographique raconte la vie de la fillette tout au long de sa scolarité en maternelle et en primaire. La découverte de sa surdité, le rapport aux autres, l’apprentissage de la lecture, la timidité, l’angoisse, les jeux, le sport …  En parallèle de ce regard subjectif, le livre nous entraîne au cœur d’un monde qui m’était inconnu, la surdité. On apprends beaucoup sur la lecture labiale et les véritables effets de la surdité. Avec toujours un regard doux porté sur l’enfance. Un très très joli roman graphique.

Ils en parlent aussi:
Victoria, un point c’est tout : Super Sourde 
Les voyages de lirondaile : Super Sourde
La papote livresque : Super sourde

 

 

Autrice :  Cece Bell
Scénariste :  Cece Bell
Couleurs : David  Lasky
Traduction : Hélène Dauniol-Remaud
Éditeur : Les Arènes
240 p. ; 19,90 €
Prix du meilleur livre jeunesse américain

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s